Tombée dans le biathlon étant petite, Tiril Eckhoff a pu compter sur l’aide de sa famille pour la propulser au plus haut niveau. Appréciée pour sa fougue et sa bonne humeur, elle impressionne rapidement par sa vitesse mais inquiète sur le pas de tir. Portrait d’une biathlète enthousiaste et attachante qui a su se relever pour atteindre les sommets.

Une fusée aux débuts remarqués

Tiril Kampenhaug Eckhoff naît le 21 mai 1990 à Bærum, en périphérie d’Oslo. Elle grandit dans une famille de biathlètes et devient rapidement une mordue de glisse. Tiril débute le biathlon au Fossum IF et se fait coacher par son frère aîné Stian Eckhoff, futur entraîneur de l’équipe nationale féminine. Elle fait ses débuts internationaux en 2008 et gagne son premier titre en 2010 en devenant championne d’Europe junior du sprint.

Cette performance lui permet de faire ses débuts en coupe du monde seulement à l’âge de 20 ans, en mars 2011. Même si son très bon niveau sur les skis lui permet d’être généralement bien classée, elle monte une seule fois sur le podium (troisième place en équipe) en deux saisons. Son manque d’expérience et sa fébrilité au tir ne lui permettent pas encore de se frotter aux meilleures mondiales.
Tiril réussit pourtant l’exploit d’ouvrir son compteur de médailles individuelles là où personne ne l’attendait… aux Jeux Olympiques de 2014. Son déclic se produit sur la mass start sur laquelle elle s’offre une médaille de bronze. Elle repart de Sotchi avec également une médaille de bronze au relais et une médaille d’or au relais mixte. Sa carrière est lancée.

Cette sortie de l’ombre lors des Jeux Olympiques marque le début d’une difficulté à accepter son statut. Régulièrement submergée par la pression, Tiril enchaîne les saisons avec des résultats en dents de scie. Quand le passage au tir se passe bien, son excellent niveau sur la piste lui permet de se hisser régulièrement sur le podium. En attestent ses 9 podiums dont 4 victoires sur des épreuves individuelles entre fin 2014 et début 2017.
Mais Tiril doit faire face à de nombreux passages à vide liés à son anxiété. Sa 78e place lors du sprint de Hochfilzen en décembre 2017 avec un 4/10 au tir est celui de trop. Cet échec la rend malade et elle songe à mettre un terme à sa carrière.

Freinée par ses difficultés à tirer dans le mille

Ses problèmes d’anxiété ne sont pas les seuls responsables de ses contre-performances au tir. Une fausse myopie lui est diagnostiquée provoquant des visions floues intempestives. Elle est alors prise en main par une opticienne qui lui fait modifier son approche du tir. Ce bouleversement a une incidence sur ses résultats mais elle tient bon et finit par en sentir les bénéfices.

Aux Jeux Olympiques 2018 de Pyeongchang, elle remporte deux médailles dont une en bronze sur une épreuve individuelle (mass start).

Au début de la saison 2018-2019, le spécialiste italien Patrick Oberegger rejoint l’équipe en tant que coach de tir. Il travaille avec Tiril sur son mental et améliore considérablement sa technique, au point d’apporter un véritable tournant dans la carrière de la biathlète. Dès 2019, Tiril Eckhoff affiche un niveau impressionnant grâce à une régularité au tir tant attendue. Elle réalise un prodigieux triplé sprint, poursuite et mass start au Grand-Bornand avec l’aisance dont elle rêvait depuis si longtemps.

Toujours aussi rapide sur les skis, la machine est lancée et ne s’arrête plus. Sur la saison 2019-2020, elle change totalement de statut et empoche 17 médailles dont 14 en or ! Elle remporte ainsi son premier petit globe de cristal (en poursuite) et passe tout proche de la première place au classement général, à quelques points de Dorothea Wierer.

Complètement transformée, elle continue sa montée en puissance et écrase tout sur son passage lors de la saison 2020-2021. Avec 22 podiums dont 17 victoires, elle s’adjuge cette fois son premier gros globe de cristal en terminant en tête des classements finaux du sprint et de la poursuite.
En finissant 4 fois première et une fois deuxième des 5 dernières courses individuelles de la saison, Tiril Eckhoff est devenue la nouvelle cible à abattre. Si son mental ne lui joue pas de mauvais tours, elle pourrait ajouter quelques globes de cristal à sa collection de médailles.

Sponsors, matériel et palmarès de Tiril Eckhoff

Sponsors

Club : Fossum IF


Bâtons : Swix


Skis : Fischer


Lunettes : Oakley


Gants : Kinetixx


Chaussures : Fischer


Fixations : Fischer

Palmarès

Jeux Olympiques :

2018 : Médaillée de bronze sur la Mass start

2014 : Médaillée d’or au Relais mixte
Double médaillée de bronze sur la Mass start et au Relais


Championnats du monde

2021 : Quadruple médaillée d’or au Relais, Relais mixte, Sprint et Poursuite
Médaillée d’argent au Relais mixte simple
Médaillée de bronze sur la Mass start

2020 : Double médaillée d’or au Relais et au Relais mixte

2019 : Double médaillée d’or au Relais et au Relais mixte
Médaillée d’argent sur la Poursuite

2016 : Double médaillée d’or au Relais et au Sprint
Médaillée de bronze au Relais mixte

2015 : Médaillée de bronze au Relais mixte


Coupe du monde :

2020-2021 : Première au classement final de la Poursuite
Première au classement final du Sprint
Première du classement général

2019-2020 : Première au classement final de la Poursuite
Deuxième du classement général

Soit un total de 62 podiums entre 2013 et 2021 avec :
35 victoires
10 en deuxième place
17 en troisième place

Tiril Eckhoff a passé la première partie de sa carrière sur une ligne de crête, à tomber et à se relever. Au sommet de sa carrière, elle rayonne à chaque course et semble bien partie pour continuer à récolter la lumière lors des prochains Jeux Olympiques.