Laurien Van der Graaff est une spécialiste des épreuves de Sprint. Elle fait partie des leaders de l’Équipe nationale Swisski de Ski de fond avec Dario Cologna, Jovian Hediger, Nadine Fähndrich et Nathalie von Siebenthal. Elle s’entraîne au sein d’une petite structure privée depuis six ans. Loin d’être une diva, le rire de Laurien est sa marque de fabrique.
Au style alternatif, elle préfère la liberté du skating et les courses rapides aux longues distances. Elle aime le Sprint pour son côté tactique et le caractère imprévisible de l’épreuve où la prise de risque est présente.

Un vent nouveau souffle sur la Suisse

Laurien Van der Graaff est née le 14 octobre 1987 à Nieuwkoop (Pays-Bas) et vit à Davos (Suisse). Selon les points de vue, elle est une Suissesse née en Hollande ou une Hollandaise qui, alors qu’elle était âgée de 5 ans, s’est installée en Suisse avec ses parents.

Van der Graaff fait son entrée sur le circuit FIS en 2003 et monte les échelons jusqu’au niveau Coupe du monde en mars 2008 à Lahti (39e du Sprint). En 2009-2010 et 2010-2011, Laurien fait quelques incursions dans le Top 30 et prend part à ses premiers Championnats du monde (Oslo 2011 – 40e), toujours en Sprint.

Elle débute la saison 2011-2012 sur un coup d’éclat en devenant la deuxième Suissesse à monter sur un podium (3e) au Sprint de l’étape de Coupe du monde à Düsseldorf. Durant la saison, elle réalise six Top 20 et tente deux fois l’épreuve du 10 km Individuel. Elle obtient les meilleurs résultats de sa carrière en janvier 2014 à Nové Mesto (2e derrière l’Américaine Randall) et en janvier 2015 à Rybinsk (3e derrière la Russe Tchekaleva) sur les épreuves du Sprint.

Les deux saisons suivantes sont plus difficiles, avec de rares apparitions en finales. Van der Graaff se place deux fois 7e aux Championnats du monde de Ski nordique de Lahti 2017 mais termine 30e du Sprint libre après avoir été disqualifiée en quarts alors que son temps lui aurait permis de participer aux demi-finales. Le jury la sanctionne pour avoir gêné Kikkan Randall… bien que l’Américaine ne se soit rendu compte de rien. Cette décision, ressentie comme injuste, va peut-être contribuer à la tournure que prend la carrière de Laurien l’hiver suivant…

Oser gagner !

Le 30 décembre 2017, Laurien Van der Graaff gagne le Sprint, première épreuve du Tour de Ski, à Lenzerheide. Elle ouvre non seulement les compteurs de la saison pour l’équipe helvète mais elle offre également à la Suisse son deuxième succès sur le circuit féminin de la Coupe du monde en succédant à Evi Kratzer, 30 ans après Calgary. L’Américaine Sophie Caldwell et la Norvégienne Maiken Caspersen Falla complètent le podium. À quelques semaines des XXIIIes Jeux olympiques d’Hiver de PyeongChang, Laurien réitère l’exploit à Seefeld, devant Caldwell et Falla, en s’attribuant la victoire dans le rush final.

En Corée du Sud, Van der Graaff dispute le Sprint par équipe avec Nadine Fähndrich (4e), le Relais 4×5 km (le quatuor suisse termine 7e) et le Sprint (le style – Classique – et le format – 4’00 » au lieu de 3’00  » à 3’30 » – ne lui sont pas favorables mais Laurien réalise tout de même le Top 10).

Fin 2018, Laurien Van der Graaff est 21e au Classement Général de la Coupe du monde. Après une saison 2018-2019 moyenne, elle descend à la 51e place.

Sponsors

Club : TG Hütten


Combinaison : Odlo


Bâtons : Exel


Lunettes : Julbo


Gants : Odlo


Skis : Rossignol


Chaussures : Rossignol

Palmarès

Coupe du monde :

2017-2018 : 2 podiums dont 2 victoires

2014-2015 : 1 podium

2013-2014 : 1 podium

2011-2012 : 1 podium

Pour un total de 5 podiums en individuelle dont 2 victoires, 1 deuxième place et 2 troisième place


Jeux olympiques :

2018 : 4e du Relais Sprint

7e du Relais 4×5 km

10e du Sprint Classique

2010 : 21e du Sprint Libre


Championnats du monde 

2017 : 7e du Relais Sprint et du 4×5 km

2015 : 7e du Relais Sprint