Fondeur suédois au style particulier, Marcus Grate se révèle en tant que sprinteur. Rapidement mis à l’épreuve en coupe du monde grâce à ses performances précoces, il étonne par sa régularité. Portrait d’un athlète talentueux qui attend encore sa première victoire dans une compétition majeure.

Des envies de coupe du monde

Marcus Grate naît le 27 décembre 1996 à Vaxholm, sur une des nombreuses îles qui bordent la capitale suédoise, Stockholm. Il participe à ses premières compétitions dès la saison 2012-2013 et prend part, chaque année, à la Coupe de Scandinavie. Réservée aux skieurs issus de pays nordiques, cette compétition offre, au vainqueur, une place en coupe du monde. Trop jeune pour en espérer autant, Marcus y fait ses armes et en profite, fin 2015, pour gagner 2 sprints dans la catégorie junior.

Il accède donc aux championnats du monde junior de 2016 durant lesquels il parvient à terminer 15e du sprint. N’ayant pas encore 20 ans, Marcus progresse vite et continue de participer aux épreuves scandinaves. Une victoire, synonyme d’accès à la coupe du monde, devient alors rapidement son obsession.

C’est en 2018, à domicile, que le rêve devient réalité. Il remporte une épreuve du sprint d’Umeå et gagne un ticket pour participer à sa première étape en coupe du monde. Il plonge donc dans le grand bain en Finlande, à Lahti, et signe une honorable 35e place. 

Lors de la saison suivante (2018-2019), Marcus continue sur sa lancée et parvient à se refaire une place dans la compétition reine. Preuve de sa progression, il participe cette fois à 3 étapes de coupe du monde. Il s’y présente sans pression, n’ayant rien à perdre mais tout à gagner. Le sprint de Cogne, dans le Val d’Aoste, en est l’illustration parfaite.

Très à l’aise sur ses skis, il enchaîne les manches et se qualifie pour la finale. Il s’offre une surprenante 6e position, devant des fondeurs expérimentés comme les Français Renaud Jay et Richard Jouve. Il termine également meilleur suédois, juste devant Karl-Johan Westberg.

Fier de cette belle performance, Marcus se présente aux deux dernières étapes de la saison de coupe du monde (Drammen et Falun). Cette fois, il ne prend pas les lignes de départ inconnu de tous mais avec la casquette d’un potentiel outsider. Il ne regoûte malheureusement pas au top 10 et termine respectivement 17e et 15e de chacun des sprints. Ses résultats restent très encourageants et sont à l’image d’un skieur talentueux mais qui manque encore d’expérience. La Suède tient un nouvel espoir, un adepte du sprint.

Le sprint et rien d’autre

Marcus Grate entame la saison 2019-2020 avec de nouvelles ambitions. Sa présence lors des étapes de coupe du monde étant désormais assurée, il peut viser un peu plus haut et se mettre à regarder en direction des podiums. Il concentre alors toute son énergie sur une épreuve qu’il affectionne plus particulièrement, le sprint. 

Sur la même dynamique qu’en fin de saison dernière, Marcus termine 14e du premier sprint de la saison, à Davos. Lors de l’étape suivante, à Planica, il échoue aux portes de la finale mais signe le deuxième top 10 de sa jeune carrière avec une encourageante 7e place. L’équipe nationale suédoise décide alors, pour la première fois, de l’aligner au sprint en relais. 

Le duo qu’il forme avec Oskar Svensson s’avère intéressant mais ne termine qu’en 9e position. Peu convaincu, le sélectionneur suèdois décide de l’associer à Johan Häggström pour le relais de Dresde. Ce coaching s’avère payant et les deux fondeurs offrent une magnifique seconde place à la Suède. Marcus se hisse alors pour la première fois sur un podium.

Il termine la saison sans forcément convaincre mais sans décevoir non plus. Régulier, il termine les sprints restants de la saison systématiquement dans le top 20. Mais pas de nouveau top 10. 

La nouvelle saison (2020-2021) n’est pas celle de la confirmation. Marcus ne participe pas à autant de courses en coupe du monde que les deux dernières années. Il apporte toutefois un changement dans ses habitudes de sprinteur en prenant le départ d’une épreuve de distance (15 km), à Ruka. Cette expérience se solde malheureusement par un échec avec une décevante 60e place. Il persévère tout de même en prenant le départ de la poursuite, toujours sur 15 km, mais le résultat n’est pas meilleur. Marcus termine 62e, c’est la dernière fois qu’il prend le départ d’une discipline différente du sprint. 

Sa saison n’est tout de même pas à oublier totalement. Il est sélectionné, pour la première fois, aux championnats du monde. Il y prend, évidemment, le départ du sprint et termine 18e. Enfin, il boucle la saison par une participation aux championnats de Suède et monte sur la plus haute marche du podium lors du relais. Une dernière note positive mais qui laisse encore planer quelques mystères sur la capacité de Marcus Grate à s’imposer parmi les meilleurs.

Sponsors, matériel et palmarès de Marcus Grate

Sponsors

Club : IFK Umeå


Bâtons : Swix


Skis : Fischer


Lunettes : Bliz


Gants : Swix


Chaussures : Fischer


Fixations : Fischer


Combinaison : Craft

Palmarès

Championnats du monde

2021 :18e du sprint


Coupe du monde :

2020-2021 : 79e du classement général

38e du classement au sprint 

2019-2020 : 1 médaille d’argent au sprint par équipe de Dresde

48e du classement général

16e du classement au sprint 

2018-2019 : 68e du classement général

31e du classement au sprint

Malgré un début de carrière canon, Marcus Grate peine à franchir la marche qui le sépare des podiums. Jamais passé à côté d’une épreuve de sprint, il reste un des plus grands espoirs suédois dans la course aux titres.